Vers une nouvelle phase du programme de coopération forestière avec la Turquie

Photo: ONFI

La première phase du programme de coopération débutée en 2013 s’est achevée l’année dernière avec succès. Ce programme multi-thématiques financé par l’AFD a impliqué d’une part les services forestiers de Turquie (OGM) et d’autre part l’ONF et sa filiale ONF International, appuyés d’acteurs français du secteur privé et public. Les sujets abordés ont été variés et sélectionnés en fonction des besoins et intérêts des deux parties : mobilisation des bois en montagne, comptabilité carbone, accueil du public en forêt, risques naturels ou encore restauration de sites miniers. Durant 5 ans, les acteurs turcs ont bénéficié de formations et d’échanges d’expérience sur les méthodes et outils de gestion forestière mobilisés en France. Parallèlement, la partie française a pu s’enrichir des nombreux échanges avec l’OGM, poids lourd de la foresterie en Europe (22 millions d’hectares de forêt ou 29% de la superficie de la Turquie). Ce fut notamment le cas pour la composante « adaptation des forêts au changement climatique » où les experts français et turcs ont pu travailler sur la mise en place d’échanges de graines et de tests de provenance d’essences forestières. Projets qui devront se concrétiser lors de la phase deux à venir.

Cette semaine, trois experts de l’ONF et ONFI se rendent à Ankara en appui à l’AFD pour préparer la deuxième phase du programme, d’une durée de 2 ans. Celle-ci portera sur 12 thématiques et a pour objectif de renforcer la durabilité de la politique forestière turque à travers la prise en compte du changement climatique, de la biodiversité et des services écosystémiques. Au-delà de l’intervention de l’ONF et ONFI, c’est un large panel de l’expertise française qui sera mobilisée sur les activités du programme.