Elaboration des équations allométriques pour les forêts du bassin du Congo

Contexte

Le mécanisme REDD+ suppose la construction préalable d’un système de mesure et de suivi des stocks de carbone forestier. Le fonctionnement de ce système repose sur plusieurs outils, dont des « équations allométriques ». Issues de la biologie, ces équations sont destinées à évaluer, à partir d’échantillons, la biomasse d’une forêt en fonction de paramètres simples à mesurer, tel que le diamètre, la hauteur et la densité du bois des arbres qui la composent.

C’est dans ce cadre qu’ONF International, en partenariat avec TEREA et Nature+, a été mandaté en 2013 par la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) pour contribuer au « projet régional REDD+ » (PREREDD+) lancé en 2011.

L’enjeu ? Aider les pays du bassin du Congo à établir des équations allométriques permettant de mieux estimer leurs stocks de carbone, mais aussi contribuer au renforcement des capacités des institutions de recherche africaines partenaires sur le sujet.

 

Contributions d’ONFI

Le travail d’ONFI et ses partenaires a porté sur :

  • La réalisation d’une stratification régionale des types forestiers du bassin du Congo ;
  • La conception d’une méthodologie régionale de collecte de données ;
  • Une pré-identification des sites potentiels de collecte chez des concessionnaires forestiers ;
  • La formation des institutions nationales de recherche et des CN REDD sur l’élaboration d’équations allométriques, la collecte et l’analyse des données.

 

Résultats et impacts

La mise en œuvre de la méthodologie de collecte a été confiée à six institutions de recherche, au Cameroun, République du Congo, Gabon, Guinée-équatoriale, République centrafricaine et République démocratique du Congo. Elles bénéficieront d’un accompagnement à la collecte, au traitement et à la valorisation des données collectées sur le terrain.

La fin de la collecte des données est prévue en octobre 2017, et la production des équations allométriques a été achevée en 2018.

Disposer de ces équations permettra aux 6 pays bénéficiaires de mieux quantifier les stocks de carbone présents dans leurs forêts et d’avancer dans la mise en œuvre de leurs stratégies nationales REDD+.

 

Quelques données clés

Pays : Cameroun, République du Congo, Gabon, Guinée-équatoriale, République centrafricaine et République démocratique du Congo

Thématiques : Climat, gestion forestière

10/2013 – 02/2018

Budget : 2,3 millions €

Partenaires : Nature+, TEREA

Client : Comité des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC)

Bailleur : Banque Mondiale, Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM / GEF)

 

Pour en savoir plus

Site du projet PREREDD
Extrait du rapport d’activité 2016 de l’ONF